Open data et tourisme : quels usages pour quels opérateurs touristiques ?

Jeudi 16 janvier 2020, la DGE et Tourisme et territoire proposaient la journée d’échange « Open Data et tourisme : Quels usages pour quelles opportunités ? ». À travers plusieurs tables rondes, les différentes structures partenaires présentaient un retour d’expérience sur les premières utilisations de la plateforme tout en questionnant la pertinence et la pérennité du projet. Je reviens ici sur certaines questions inhérentes aux problématiques de cette journée, car oui, la donnée associée au tourisme est une dynamique qui fonctionne, cependant son exploitation ne fait pas consensus dans la construction de solutions innovantes.

Pour rappel, Data tourisme est une plateforme lancée en 2017 ayant pour objectif d’homogénéiser les données touristiques. En devenant une porte d’entrée unique pour les entrepreneurs, elle souhaite soutenir l’innovation et placer le territoire comme tiers de confiance de la donnée publique. Pour commencer, l’ambition a été portée sur les données issues des Sites d’Informations Touristiques (SIT). Ce sont des bases de données initiées par les institutionnelles (OT/ADT/CRT) qui construisent sous forme de fiches un panorama des points d’intérêts (POI), comme les activités ou les événements. Les caractéristiques (horaires, services, etc.) vont devenir des données qui, agrégées, vont constituer du big data. Ces données permettent alors aux différents acteurs de construire une stratégie souple autour d’une offre soigneusement recensée, qualifiée puis animée via un site web, une application mobile ou une brochure. Ainsi, pour un entrepreneur qui souhaite exploiter ces données, il n’aura qu’à les extraire depuis data tourisme au lieu de s’adapter au 80 SIT recensés.

Construire une conscience collective de l’open data

La première difficulté identifiée repose dans la construction de cette base de données. Ces fiches sont remplies manuellement sur les différentes plateformes par les institutionnels ou directement par les socio-professionnels. Sous couvert d’attractivité locale, d’open data national et de sens du service public, les institutionnels vont construire une mine d’or d’information touristique pour valoriser les spécificités de la destination. Et c’est là que le bât blesse, « Comment arrivez-vous à motiver ces gens ? ».  Car en effet, tant que les intelligences artificielles ne pourront pas construire des bases de données parfaitement qualifiées pour nourrir les algorithmes d’ultra personnalisation élaborées par nos start-up, ce sont nos petites mains qui vont construire le big data touristique public (estimé à 5 000 heures de travail par an dans l’Aube).

Or, on ne peut pas nier que ces actions font étroitement penser au digital labor (Cardon et Casili, 2015), ces mains d’œuvres sous-payées qui participent via une tache peu valorisante à la construction d’une base de données. À la différence près que pour certains SIT et d’après les premiers résultats, la construction de base de données participe en tant que projet à instaurer des dynamiques positives pour fédérer de réelles communautés d’échanges, pour faire monter en compétence certains acteurs et pour répondre aux problématiques liées aux données touristiques. Nous pouvons assumer que la valorisation de ce travail ne repose donc pas dans son exécution technique et répétitive mais bien dans le leadership qui pourra être incarné par les structures pour valoriser ces tâches.

©Franki Chamaki

La destination finale n’est plus l’opérateur unique et privilégié des utilisateurs

L’ambition finale de ces plateformes n’est pas un retour immédiat et concret des efforts des contributeurs. La limite de cette démarche repose dans la définition même de l’open data qui ne permet pas de tracer ceux qui exploitent ces données ouvertes rendant impossible la mesure d’un éventuel retour sur investissement. Il est parfois difficile d’accepter de ne plus être l’unique canal de diffusion des données produites par la structure.

En contrepartie, cela nécessite que cette ouverture se concrétise de manière pragmatique pour les contributeurs : « concrètement ça me sert à quoi ? ». On ne peut pas se satisfaire d’une plateforme qui permettrait de stimuler seulement l’innovation des entrepreneurs au détriment de ceux qui construisent les données.

Partager est-il synonyme de maturité ?

L’open data dans le service public n’est plus un débat car il s’est traduit par une application imposée aux territoires dans la loi numérique de 2016. Ce qui est construit par le secteur public, même en tant que matériel non tangible (la donnée) doit rester dans le domaine public (sous réserve de protection du territoire et des individus). Pourtant, seulement 10% des territoires s’est engagé dans cette voie (Open data France). On retrouve alors une certaine stigmatisation entre ceux qui ont pris le virage de la data, et les autres.

On parle alors de « maturité du secteur », de « prise de conscience globale » ou de« compréhension des enjeux ». On aurait donc d’un côté ceux qui jouent le jeu de la donnée et qui ouvrent tout, puis ceux qui limitent cette ouverture. Quant à ceux qui n’y comprennent rien… ils sont grandement encouragés à se rapprocher de structures capables de les accompagner. Mais finalement, en quoi consiste cette « maturité par la donnée ? ». Les limites de l’open data ne reposent pas uniquement sur la dynamique collective enclenchée mais bien sur certaines difficultés (formation, financement, intérêt) ou sur certaines exigences (faire le choix de partager moins de données mais des données qualifiées) à prendre en compte avant de différencier les bons élèves des mauvais.

Mal nourris, tous mes projets sont morts de faim (Jules Renard, 1893)

Enfin, la journée posait la question de la pérennité de ce projet qui devra gagner en autonomie pour continuer à être incarné. Un projet implique une temporalité donc une fin, ce qui peut être déstabilisant pour ses participants notamment lorsque les premières conclusions (Panico& Poule, 2005) arrivent. « Aujourd’hui, l’homogénéisation et la normalisation des données sont atteintes et fonctionnelles ». Et maintenant ? Comment à travers les futurs développements pérenniser le projet ? Comment rentabiliser l’investissement ? Et finalement, comment exister et devenir indispensable aux acteurs ? Quelques réponses sont apportées d’autres en réflexion, notamment en développant des briques technologiques supplémentaires pour « ne pas brider la créativité » et encourager la réutilisation des données (Travail continu sur la qualité de la donnée, traduction des POI en plusieurs langues, accessibilité des données via des API adaptés grands publics).

Pour terminer, je dois avouer que la journée a été très bien construite avec des interventions de qualité et des acteurs qui incarnent avec beaucoup d’intérêt leurs initiatives respectives. Je souligne également les qualités de ce projet, et le leadership instauré par les partenaires. Le challenge de data tourisme ne constitue qu’une partie des enjeux autour de la donnée mais a déjà permis d’apporter des solutions concrètes, documentées et partagées. Affaire à suivre.

Bibliographie

Cardon, Dominique, and Antonio Casilli. Qu’est-ce que le digital labor?. Ina, 2015.

Panico, R., &Poulle, F. (2005). Le projet comme outil de gouvernement. Etudes de communication, (1), 10-10.

Chronique pour Tom Travel, https://www.tom.travel/2020/01/20/open-data-tourisme-quels-usages-operateurs-touristiques/


Cyril Blanchet

Doctorant smart destination

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search