Concept de smart city, quelle analogie avec le tourisme ?

Smart city, smart tourisme, smart touriste, smart destination, smart travel city, identifiez-vous dans ces différents concepts une logique qui permet de comprendre ce que signifie le terme « smart » ? Je vous propose d’y répondre en deux temps, une première chronique pour comprendre le lien entre smart city et smart tourisme, puis une deuxième pour illustrer les différents concepts smart en tourisme.

Le terme smart city n’est ni un label, ni une charte, il est autoproclamé (Holland R., 2008). Ainsi, il peut être utilisé comme n’importe quelle tendance marketing qui traduirait un positionnement innovant et technologique. Il n’est donc pas surprenant d’entendre régulièrement « La smart city ? c’est de la com ‘ ! ». Pour autant, que devons-nous retenir de ces projets et surtout quelle analogie faire avec le tourisme ?

La smart city, leader de l’intelligence urbaine

Pour comprendre cette effervescence autour des concepts smart, présentons d’abord la smart city que l’on traduit régulièrement comme la ville de demain. Face à des préoccupations urbaines toujours plus importantes, il est essentiel de renouveler notre approche et notre gestion des territoires. Pour y répondre, certains ont identifié dans les technologies des opportunités qui tendent à garantir un développement mesuré et responsable des villes.

En France, la plupart des grandes villes se positionnent comme smart à travers des projets de quartiers écoresponsables, des projets collaboratifs ou des partenariats public-privés. Ces projets se concrétisent sous une impulsion politique qui encourage le partage et l’échange d’informations au sein des institutions. Ainsi, un développement fréquent repose dans le décloisonnement des données réunies sur une plateforme de stockage pour passer « d’une ville de briques à une ville de bits » (Picon, 2016). L’objectif à terme est d’obtenir une représentation virtuelle de la ville en croisant les données pour apporter une connaissance fine du territoire et développer des solutions techniques en temps réel (Gestion des flux et des ressources).

De ce fait, il est vrai qu’en positionnant les nouvelles technologies comme un outil de différenciation et de développement urbain (Meijer & Bolívar, 2016), ces initiatives profitent à la communication des institutions. Cependant, ce besoin de représentation nécessite des investissements et des avancées en recherche qui restent significatifs, l’argument du développement pour la communication ne tient pas.

Les pléonasmes du e-tourisme au smart tourisme

L’évolution rapide des technologies nous pousse à nommer différentes étapes de transformation imposées aux sociétés (ex : la théorie de Schumpeter et les 5 vagues d’innovations). On retrouve ce besoin de caractériser les évolutions pour marquer les avancées technologiques. On passe alors de l’internet 1.0 (pages web) à l’internet 2.0 (web collaboratif). En tourisme, on caractérise l’impact de l’innovation par le e-tourisme (tourisme électronique) pour marquer la numérisation du secteur (brochures et ventes en ligne, pertes et apparitions d’intermédiaires, etc.), puis par le m-tourisme pour traduire un glissement des comportements numériques du desktop au mobile.

Alors comment caractériser ces changements qui s’opèrent aujourd’hui dans le tourisme (data, virtuel, plateformes, etc.) ? Une solution a été de dupliquer le concept de smart city au secteur du tourisme. Il n’est plus question d’améliorer le quotidien de vie des habitants (smart city) mais d’améliorer l’expérience de visite du touriste (smart tourisme). Ainsi, comme tous termes caractéristiques d’une époque, ils possèdent une temporalité limitée, ils sont donc voués à disparaitre face aux prochaines vagues technologiques. D’ailleurs, même si certains institutionnels continuent d’accompagner des prestataires dans la numérisation de leurs activités (sites en ligne, réseaux sociaux), le temps du e-tourisme en tant que concept conjoncturel est révolu, celui des concepts smart en tourisme en cours.

Maintenant, pourquoi continuer à développer les concepts smart en tourisme alors qu’une des caractéristiques primordiales pour la smart city est sa capacité à développer une vision transversale de ses activités? Le tourisme étant une composante essentielle de la ville, il devrait faire partie de la smart city. Dans ce cas, pourquoi parler de smart tourisme ?

Jeu vidéo Cyberpunk 2077

En dehors des silos mais chacun dans son pré

Dans ce questionnement repose toute l’ambivalence du secteur : en tant que professionnels du tourisme, devons-nous considérer le tourisme comme l’une des composantes de la ville ou devons-nous le considérer comme une activité autonome ? Devons-nous féliciter la création d’un conseil interministériel du tourisme qui propose une vision transversale du secteur ou devons-nous rester insatisfait et considérer que le tourisme ne dispose toujours pas de son ministère ? Deux visions traduisent donc deux concepts : le premier (initial) lié à la ville, le tourisme fait partie de la smart city. Puis le deuxième (parallèle) lié au secteur, l’innovation touristique ne prend pas part dans la smart city mais dans le smart tourisme.

On n’est jamais mieux servi que par soi même

En plus de cette ambivalence ville-tourisme se cache un sentiment de détachement dans les stratégies nationales qui se traduit par un manque de moyen et un manque d’engagement avec « la croyance, répandue en France, et à tort, que ce secteur n’a pas besoin d’appui tant il appartient à notre patrimoine. » (Rapport conseil de promotion du tourisme, 2015). On retrouve ce détachement à l’échelle locale, où le tourisme n’est pas toujours considéré comme un levier économique y compris dans les smart cities. Plutôt que d’attendre que les smart cities s’emparent du sujet touristique, il n’est pas étonnant que les acteurs touristiques eux-mêmes s’approprient son équivalent, soit le smart tourisme.

Pour conclure, il existe bien deux mouvements parallèles entre la smart city et les concepts smart en tourisme qui expliquent parfois une certaine difficulté conceptuelle pour se positionner. L’apparition du smart tourisme rappelle que la smart city en tant que processus transversal doit encore améliorer son décloisonnement. Le smart tourisme traduit alors(1) une ambivalence dans la manière dont le secteur souhaite exister et se développer (2) un sentiment de déconsidération qui pousse les acteurs à développer leurs propres termes pour caractériser l’impact des innovations.

Bibliographie

Fabius Laurent & al, (2015), « Rapport conseil de promotion du tourisme », en ligne,https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport-CPT-General_cle8c6384-1.pdf

Meijer, Albert, and Manuel Pedro Rodríguez Bolívar, (2016), “Governing the smart city: a review of the literature on smart urban governance. » international review of administrative sciences 82(2)pp. 392-408.

Picon,Antoine, (2016), « Villes, usages et numérique », revuesurmesure, en ligne, www.revuesurmesure.fr/issues/villes-usages-et-numerique/villes-usages-et-numerique

Holland, Robert, G. (2008), ‘Will the Real Smart City Stand Up? Creative, Progressive, or JustEntrepreneurial?’, City, 12(3),pp.302-320.

Chronique pour Tom Travel https://www.tom.travel/2020/02/17/concept-smart-city-quelle-analogie-avec-tourisme/


Cyril Blanchet

Doctorant smart destination

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search