À défaut de pouvoir voyager dans l’espace, devrions-nous voyager dans le temps ?

Voyager dans le temps offre la possibilité de se projeter dans un futur lointain où la fiction prendrait part aux réalités du quotidien. Dans d’autres cas, il renverrait dans le passé pour favoriser les rencontres, les découvertes et effectuer des changements dans la mise en place du monde actuel. Futur ou passé, et à défaut de pouvoir voyager dans l’espace, le voyage dans le temps serait -il une aubaine pour le tourisme ?

Le marketing du voyage dans le temps

Partons du principe que le voyage dans le temps n’est plus une théorie mais bien une réalité qui s’offre à nous en tant que nouveau produit touristique. Nous pouvons déjà différencier deux types d’offres : celle du retour dans le passé et celle du saut dans le futur.

La nostalgie du passé

D’abord parce-que la nostalgie est un concept marketing à la mode (Kessous & Roux, 2012), le retour dans le passé deviendrait – au même titre que les slogans sur l’authentique ou l’expérientiel – une source d’inspiration sans fin :

  • Pour vivre ce que d’autres générations ont vécu : en s’immergeant dans des cultures vivantes et non folklorisées, en redécouvrant la mise en marche de cités perdues, en revivant l’effervescence d’une période économique favorable.
  • Pour maîtriser son espace-temps : en prolongeant un amour de vacance ou un séjour entre amis, en choisissant les semaines ensoleillées pour oublier les garanties soleils, en profitant de toutes les activités que la destination peut offrir.
  • Pour supra-personnaliser son offre : en bénéficiant de son propre retour d’expérience pour tester et choisir les bonnes prestations pour la destination idéale.

Le fantasme du futur

Puis, parce que le futur est synonyme de fantasme, il augmenterait la capacité des professionnels à multiplier les offres touristiques :

  • Pour étendre l’espace touristique : en réalisant des voyages dans l’espaces ou des voyages intergalactiques. Même s’ils en sont à leur balbutiements ils se positionnent comme des réalités qui pourraient se démocratiser à long terme.
  • Pour obtenir des réponses : en connaissant les conséquences de nos décisions avec un voyage temporel d’affaire :  » évaluez dès aujourd’hui si vos investissements seront aussi profitables que prévus « 
  • Pour rencontrer de nouvelles populations : parce que nous sommes fans de science-fiction et que voyager dans l’espace, dans un vaisseau spatial et en compagnie d’êtres atypiques mais sympathiques, reste une expérience clairement enrichissante, inédite et mémorable.

Notons toutefois que le voyage dans le temps ne permettra sans doute pas une augmentation de la longévité et ne garantira pas un renflouement du portefeuille.

Enfin, quel que soit le type de voyage – passé ou futur – il semble que l’enjeu contemporain le plus présent reste celui de nos échecs climatiques. Parce que les résultats scientifiques et les dérèglements saisonniers ne semblent plus suffisants pour orienter les décisions face à l’urgence climatique, le saut dans le futur permettrait d’éclairer certaines actions en faveur du territoire et in fine du tourisme. Quant à redécouvrir les espaces et espèces disparus, seul le retour en arrière, lui, pourrait-être envisagé.

Le paradoxe du grand-père

Cependant serions-nous prêts à tenter le voyage dans le temps, serait-il réellement commercialisable ou bénéfique ? La limite principale identifiée est celle du paradoxe du grand-père. C’est maintenant que la gymnastique cognitive commence : si nous remontons dans le passé pour tuer notre grand père enfant, il meurt et par conséquent nous n’avons jamais existé. La solution réside donc dans l’existence d’univers parallèles, où le saut de l’un à l’autre viendrait modifier une réalité qui n’est plus la nôtre – je tue le grand père d’un autre (Ou de manière plus légère, lorsque Harry sauve Harry dans Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban).

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban

Remonter le passé pour consommer du voyage comporterait donc des risques très importants. Alors même que notre temporalité est linéaire, nous connaissons l’impact des comportements touristique sur les destinations. En quoi le voyageur dans le temps serait-il plus averti des conséquences de ses déplacements ? Les risques d’influencer les cultures visitées ou d’apporter des anachronismes seraient omniprésents et porteraient atteinte à la destination à partir d’un simple effet papillon (Cf. Edwar Lorenz). Nous profiterions alors d’un beau voyage temporel au risque d’éliminer des familles, des découvertes voire d’empirer la situation écologique. « Notre vie ne nous appartient pas. Nous sommes liés aux autres. Hier. Aujourd’hui » (Cf. Cloud atlas, Wachowski, 2013). Voyager dans le temps supposerait donc de limiter les interactions et les conséquences sur le présent. Or l’image du voyageur est aujourd’hui indissociable de ces mêmes interactions, que ce soit dans la rencontre de l’autre ou la consommation du service.

Les professionnels du multi-univers touristiques

Si la science ne peut pas produire aujourd’hui de voyage dans le temps, pouvons-nous considérer que ce voyage est résolument impossible ? Pas exactement, car s’il y a une qualité dont dispose le secteur du tourisme, c’est sa propension à élaborer l’évasion.

  • En faisant appel à la mémoire : une simple visite guidée auprès d’un guide conférencier passionné permet d’effectuer ce saut dans le passé. Les illustrations et les discours viennent ainsi stimuler l’imagination pour nous accompagner dans cette projection.
  • En faisant appel à l’art : « Si la science est encore réticente face [au voyage dans le Temps], l’art et les littérateurs se sont fait un plaisir de le développer dans toutes les directions » (Vergnol-Remont, 2019). À grand coup de ciné-tourisme ou de tourisme littéraire et culturel, un retour sur les lieux de tournage de Game of Thrones ou la visite d’une architecture rétro-futuriste permettent de se désynchroniser.
  • En faisant appel aux technologiques : de nouveau, le virtuel n’est pas un obstacle au tourisme, pour la question du voyage dans le temps il en devient même une solution privilégiée. Les technologies immersives sont adéquates pour redécouvrir des édifices écroulés ou pour s’immerger dans une culture extra -terrestre (Cf. Pandora : Le monde d’Avatar, Walt Disney World Resort, Floride).
  • En faisant appel aux riches philanthropes : enfin, la solution la plus simple repose dans la reconstruction de ce qui a été détruit. Dans Jurassic Park, lorsque les Dr. Alan Grant et Dr. Ellie Sattler arrivent dans l’ile de John Hammond, c’est bien un saut dans le temps qui est reconstitué avec cette volonté de re-procréer des espèces disparues. Attention cependant à bien respecter certaines règles éthiques et autres mesures de sécurité.
Jurassic Park

« Le passé est tenace, il ne veut pas être changé » (Stephen King, 22/11/63)

Enfin, comme tout développement technologique, le voyage dans le temps suppose un encadrement et une réflexion commune sur la mise en place de cette innovation au regard des conséquences qu’elle peut apporter. La gouvernance des voyages dans le temps resterait problématique car elle dépendrait d’un pouvoir en place (public ou privé), sans doute indexé aux revenus et guidée par des idéologies dominantes. Si le voyage dans le temps continue à nous faire rêver, peut-être est-il préférable qu’il ne reste que théorique. Mais soyons rassuré, Stephen Hawking précisait « La meilleure preuve qu’un voyage dans le temps est impossible est que nous n’avons pas été envahis par des hordes de touristes du futur. ».

Bibliographie

Jacques Lacarrière in “Le Monde De L’education » – N°294 – Juillet-Aout 2001 – Numero Special /21 Penseurs Pour Comprendre Le Xxie Siecle.

Kessous, Aurélie, et Elyette Roux. « Nostalgie et management des marques : approche sémiotique », Management & Avenir, vol. 54, no. 4, 2012, pp. 15-33.

Vergnol-Remont, Élisabeth Stojanov, (2013), Le voyage dans le temps en science-fiction (Clermont-Ferrand), 8èmecolloque Stella Incognita18 et 19 avril 2019 à Clermont-Ferrand

Chronique pour Tom Travel https://www.tom.travel/2020/05/18/a-defaut-de-pouvoir-voyager-dans-espace-devrions-nous-voyager-dans-temps/


Cyril Blanchet

Doctorant smart destination

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search