Les théories du complot peuvent-elles nuire au tourisme ?

S’il existe des discussions surprenantes, c’est bien celles des théories du complot. Souvent associées à des évènements tragiques ou marquants (Wagner-Egger & Bangerter, 2007) elles s’immiscent dans les pensées à travers des jeux d’influence et l’identification du doute. Le tourisme représentant une activité majeure pour les sociétés, devons-nous craindre l’impact des théories du complot sur son développement ?

Pas de coïncidence sans conspiration

La crise du Covid-19 a de nouveau mis en relief la présence des théories du complot dans le débat public. En lisant quelques lignes d’une situation troublante, les intéressés vont reconsidérer les faits pour identifier des manœuvres et organisations nuisibles pour l’humanité. Le complotisme reste alors la formation la plus rapide pour devenir scientifique ou spécialiste d’un sujet complexe. Associé à l’imaginaire, il s’en suit un festival de raccourcis, d’interprétation et d’analyses personnelles pour remettre en cause les versions officielles, car après tout « pas de coïncidence sans conspiration ». Cependant, quelles théories pouvons-nous identifier dans le tourisme ? Une manipulation des opinions pas la presse spécialisée ? Un réseau d’exploitation d’organes via les offres all inclusives ? Ou une coalition du chaos portée par les campings de France ? Non, rien de tout ça, seulement de nombreuses autres théories se développent notamment sur les réseaux sociaux. Sans effet direct sur nos activités, c’est l’occasion dans cette chronique de revenir sur celles qui intègrent indirectement et malgré-nous les activités du tourisme.

Catégorie géographie et histoire

  • Moon Hoax (la plus controversée), pourquoi avons-nous du mal à retourner sur la lune alors que nous y avions mis les pieds lors des missions Apollo (1969-1972) ? En émettant des réserves sur le premier pas sur la lune, ses adeptes se basent sur les photographies partagées par la Nasa pour remettre en cause le pouvoir d’influence américain pendant la guerre froide. Ce contexte concurrentiel d’innovation ne semble pas pour autant s’être éteint. Avec la multiplication des promesses visant à développer le tourisme spatial, décrocher la lune reste un objectif valorisant pour assoir sa légitimité technique.
  • Terre plate (la plus absurde), si vous êtes platiste, vous considérez que la terre est plate, qu’un bloc de glace entour le monde et que la Nasa trafic la réalité (encore eux). Qu’on se le dise, les transporteurs ne peuvent pas nier l’existence d’une terre plate et deviennent donc des acteurs majeurs de ce complot planétaire.
  • Pyramides (la plus historique) : La pyramide de Khéops classée au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1979, serait en réalité une capsule temporelle, un vaisseau spatial ou une antenne extraterrestre. De par son incroyable ingéniosité, les réalisations égyptiennes s’accompagnent de mystères associés au spectaculaire, elles deviennent un terreau fertile pour les complotistes. Notons également que la France dispose aussi de sa pyramide, œuvre de l’architecte japonais Ieoh Ming Pei, la pyramide du Louvre serait en réalité l’œuvre d’un complot Illuminati, ou comment mépriser un travail d’architecture remarquable en l’associant à un complot facile.

Catégorie impostures et personnalités

  • Les extraterrestres (la plus troublante), les théories sur l’apparition des extra-terrestres ne sont pas récentes et prennent souvent parts dans les réalisations de civilisations anciennes (lignes de Nazca, pyramides d’Égypte, ensemble de Stonehenge, statues de l’Ile de paques). Plutôt que de valoriser la recherche archéologique ou l’acceptation de ne pas tout connaitre, les extra-terrestres sont souvent la solution la plus plausible. Néanmoins il reste une source d’anecdotes inépuisables pour créer du doute, rythmer une visite et développer certains lieux touristiques (cf. le mythe des Extra-terrestres en tourisme).
  • Les manipulateurs (la plus médiatique) parce-que les mainstream media sont aux crochets des Illuminatis, des francs-maçons, ou des reptiliens, il devient difficile de croire aux paroles publiques. Selon Jean-Bruno Renard (sociologue), « des individus ont de ‘ bonnes raisons’ de croire à des idées conspirationnistes » qu’elles soient culturelles (perte de confiance généralisée en la politique, les médias, la recherche, etc.) ou spécifiques (âge, position politique, etc.). Alors que nous cache la presse spécialisée touristique et les politiques gouvernementales en faveurs du tourisme ?
  • L’imposture climatique (la plus redoutable) ; ces théories reposent dans un déni du réchauffement climatique malgré un consensus scientifique qui confirme à de nombreuses reprises nos impacts environnementaux. (Cf. Incendies au Brésil et l’implication supposée du gouvernement Bolsonaro ?). Pour Claude Allègre (biochimiste), créer un mythe autour du réchauffement climatique permettrait aux chercheurs d’obtenir des financements et de continuer leurs recherches. Dans le secteur du tourisme, ce déni peut être connu mais non pris en compte dans le développement de ses activités, soit un complotisme par omission.

Catégorie technologie et santé

  • Chemtrails (La plus surprenante), ici, vous considérez que les traces blanches constituées dans le sillon des avions sont en réalité des substances toxiques pour réguler la population ou lutter contre le réchauffement climatique. Face à ces théories, un collectif de 77 scientifiques a confirmé qu’il s’agissait de condensation (Shearer & al, 2016), ce qui n’empêche pas la multiplication de groupes sur les réseaux sociaux pour recenser et partager les photos de chemtrails « on va pas me dire que c’est naturel ! »
  • Connectivité et 5G (La plus technique), en tant que pierre angulaire des nouvelles technologiques, le développement du réseau (notamment 5G) devient un impératif pour apporter une qualité de navigation et d’échange essentielle aux solutions numériques. Cependant, il peut être perçu comme un vecteur de maladies (Cf. coronavirus). Évidemment, cette connectivité s’accompagne d’une puce RFID injectée lors des vaccins pour maitriser notre santé. Par contre, quitte à être victime d’un complot, autant être au courant pour développer des solutions sans contacts…si ça peut éviter de trimballer ses clefs et sa carte bleue à la plage…
  • Données utilisateurs (la plus subtile), ici nous considérons que les géants du numériques récoltent nos données pour manipuler notre consommation et plus globalement le monde. Ce qui est problématique, c’est que cette théorie s’est révélée être vraie et illustrée. En récoltant nos données sur Facebook, l’entreprise Cambridge Analatyca a été accusée d’influencer le choix politiques des individus en proposant du contenu ciblé lors de l’élection américaine de 2016. Bien que les réglementations se sont adaptées en Europe (RGPD), cette ère de la donnée, tout secteur confondu, semble être une voie inépuisable pour de nouveaux scandales ou théories complotistes.

La responsabilité est le prix à payer du succès (Churchill)

Avec l’émergence des technologies de l’information et de la communication, la diffusion des complots s’est accélérée sur les réseaux sociaux. Ainsi, chaque théorie dispose d’un groupe sur Facebook, d’une communauté sur Reddit ou de trolls sur Twitter. La limite majeure repose dans le concept des bulles d’information (ou bulle de filtres) qui enferment le lecteur dans un état « d’isolement intellectuel » (Eli Pariser, 2011). Ces théories, plutôt synonymes de moqueries et d’amusements peuvent aussi révéler des difficultés pour certaines populations, notamment chez les plus jeunes (Giry, 2017). Il est donc essentiel de savoir identifier ces théories pour limiter leur développement (Cf. plateforme https://www.gouvernement.fr/on-te-manipule).  Finalement, en tourisme, l’impact de ces théories reste très anecdotique (chemtrails, pyramides, etc.) mais elles peuvent alerter sur des réalités bien plus complexes (données utilisateurs, imposture climatique) qui demandent un effort de transparence pour éviter les mécanismes de paranoïa et de doutes immiscées par ces théories.

Photo d’ouverture : Thought Catalog

Bibliographie

Alava, S., Najjar, N., & Hussein, H. (2017). ‪ Étude des processus de radicalisation au sein des réseaux sociaux: place des arguments complotistes et des discours de rupture‪. Quaderni, (3), 29-40.

Bonardi, C. (2019). 8. Les théories du complot: entre croyances, légendes et menaces sociales. Geographies of the Anthropocene, 160.

Giry, J. (2017). Étudier les théories du complot en sciences sociales: enjeux et usages. Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, (94), 5-11.

Renard, J.B. (2015). Les causes de l’adhésion aux théories du complot. Diogène, 249-250(1), 107-119. doi:10.3917/dio.249.0107.

Wagner-Egger, P. & Bangerter, A. (2007). La vérité est ailleurs : corrélats de l’adhésion aux théories du complot. Revue internationale de psychologie sociale, tome 20(4), 31-61. https://www.cairn.info/revue-internationale-de-psychologie-sociale-2007-4-page-31.htm.

Shearer, C., West, M., Caldeira, K., & Davis, S. J. (2016). Quantifying expert consensus against the existence of a secret, large-scale atmospheric spraying program. Environmental Research Letters, 11(8), 084011.

Chronique pour Tom Travel https://www.tom.travel/2020/06/18/theories-du-complot-peuvent-nuire-au-tourisme/


Cyril Blanchet

Doctorant smart destination

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search