La réouverture des cinémas va-t-elle relancer le tourisme ?

Enfin, les cinémas ont rouvert ! Plus qu’un simple divertissement, le cinéma construit pour le spectateur un espace d’évasion et instant de rêverie proche des sentiments du voyageur. Sa contribution au tourisme n’est plus à démontrer même si la corrélation entre la sortie d’un film et la fréquentation touristique des lieux reste parfois difficile à établir. Je vous propose dans cette chronique de nous demander si la réouverture des cinémas va permettre de relancer le tourisme.

Après trois mois de fermetures, les cinémas ont rouvert en France pour permettre à chacun de reprendre ses rituels de sorties. Malgré quelques protocoles supplémentaires, s’installer dans le noir pour visionner le film de son choix pourra continuer de rythmer nos soirées et nourrir nos conversations. Cependant, la fermeture des cinémas n’était que la face visible d’un ralentissement général de nombreuses industries.

S’il se passe ce que je crois qu’il se passe, ça va mal se passer (Fantastic Mr. Fox, 2009)

S’il est établi que le cinéma façonne le tourisme alors son arrêt impact également son développement. Dans ce sens, le cinéma incarne les destinations sur lesquelles sont tournées les scènes et permet de valoriser les espaces naturels, les constructions urbaines ou les cultures locales. Cinéma et tourisme sont donc étroitement liés et l’impact de la crise du Covid-19 illustre l’étendue de ses liens avec le secteur.

  • (Évènementiel) Tout d’abord, la fermeture des cinémas et plus globalement de son secteur ont eu un impact sur l’évènementiel. Il a entrainé l’annulation ou le report de plus de 150 festivals de productions audiovisuels dont 22 festivals tenus en France (cineurope, 2020) comme le 73e festival du film de Cannes ou le 44e festival du film d’animation d’Annecy. Les festivals de cinéma ont la particularité d’attirer les professionnels du secteur du cinéma mais aussi le grand public. L’impact du festival de cannes était estimé en 2018 à près de 200 millions d’euros et 200 000 visiteurs (Cannes tourisme, 2018).
  • (Programmation) Ensuite, c’est une reconfiguration totale des programmations qui est à revoir pour les prochains mois avec un report des films à l’affiche pour la rentrée prochaine. Coté superproduction internationale, le nouveau James Bond, No time to die, mettra en avant la ville de Matera dans une course poursuite épique ; pendant que Wonder Woman 1984 proposera des scènes tournées en partie aux îles Canaries pour incarner l’ile ancestrale des Amazones. Sortir à la rentrée c’est donc manquer un été qui aurait permis d’accompagner l’imaginaire des visiteurs : plutôt que de visiter Matera en filigrane du tourisme culturel, c’est un parcours d’action qui aurait pu être envisagé, plutôt que de découvrir les paysages naturels et volcaniques de Tenerife, c’était la possibilité de voyager dans l’ile mythique de Themyscira.
https://youtube.com/watch?v=lVYwe2htD-s%3Ffeature%3Doembed
  • (Tournages) Enfin, au-delà des sorties, ce sont les tournages des films qui ont été ralentis. Le nouveau Jurassic World: Dominion tourné à Hawaï est mise en pause et le nouveau Mission Impossible 7 qui devait être tourné lors du carnaval de Venise devra changer de scénario pour s’adapter aux restrictions sanitaires. Or, retarder ou annuler un tournage reste un manque à gagner assuré pour les destinations. D’après le Centre National du Cinéma, « Chaque euro investi par les collectivités locales dans un film, une fiction ou un documentaire génère 6,60 euros de retombées directes (rémunération, dépenses techniques et tournage) et 1 euro de tourisme (hébergement, restauration, loisirs, transport) : soit un total de 7,60 euros » (CNC, 2018). Si une réalisation ne peut pas toujours assurer les retombées touristiques pour le territoire, il en assure les retombées économiques lors du tournage.

Il n’y a pas de destin, mais ce que nous faisons (Sarah Connor, Terminator 2, 1991)

Les exemples de retombées économiques liés au tourisme et au cinéma s’illustrent très majoritairement à travers des blockbusters internationaux. Largement supportés par la publicité, ils engendrent pour les studios des bénéfices très importants et viennent construire une culture populaire similaire, quel que soit le pays de diffusion. Lorsque le Marvel Cinematic Universe (MCU) adapte au cinéma pour la saga « Infinity » les univers d’Iron Man, Avengers, Thor, Spider Man, Black Panther, ou les Gardiens de la Galaxy, c’est produire et partager à grande échelle une culture populaire autour des supers héros. C’est donc associer des valeurs et des prises de positions propres aux réalisateurs et aux pays producteurs. La diffusion de ces univers participe alors à l’engouement du tourisme spatial, à la découverte d’espaces insolites ou à l’émergence des micro aventures.

black_panther
Black Panther

D’après Lizotte et Grenier (2011), le cinéma engendre des émotions qui vont supposer l’acquisition et qui se traduit par l’achat de produits dérivés en lien avec les productions. En tourisme, le produit dérivé n’est autre que la destination. Nous savons donc que ces super productions engendrent une consommation de masse des destinations. Une diffusion de masse entrainera une forte visibilité des lieux pour contribuer à un tourisme de masse. À l’heure de l’ultra personnalisation, elle homogénéise les envies et les voyages de chacun. Si nous savons maintenant que le cinéma influence nos choix de voyage, le « consommer local » doit-il aussi s’exprimer dans le choix de nos séances ?

Notons aussi que cet effet de masse n’est pas uniquement lié au cinéma mais aux productions audiovisuelles – dont les séries – qui disposent aujourd’hui d’un pouvoir d’influence aussi important (cf. Comment les plateformes de streaming vont-elles construire les tendances touristiques ?).

Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités (Benjamin Parker, Spiderman, 2002)

Le cinéma devient sans doute l’une des solutions les plus pertinente pour valoriser une destination touristique. Lorsqu’une campagne vidéo d’une destination va péniblement atteindre les 300 vues sur YouTube, le cinéma va atteindre des millions de vues et associer à la destination un imaginaire qui est propre au talent des réalisateurs. Peut-être faut-il accepter qu’un réalisateur est plus apte à construire cet imaginaire qu’une destination ? Donc, la réouverture des cinémas va-t-elle relancer le tourisme ? Oui, c’est une certitude pour de nombreuses destinations qui vont profiter d’un excès de visibilité. La question qui se pose maintenant est propre à chaque territoire : cette période de ralentissement a-t-elle permis aux destinations d’anticiper leur capacité de charge et d’adapter leur offre touristique ?

Bibliographie

Cannes tourisme, « « dossier de presse », 2018, en ligne,  https://www.cannes-destination.fr/sites/cannes/files/uploads/DOSSIER-PRESSE-CANNES-TOURISME.pdf

Centre national du cinéma et de l’image animée, « Tournage et tourisme : de nouvelles opportunités pour les territoires », 2018, en ligne, https://www.cnc.fr/cinema/communiques-de-presse/tournage-et-tourisme–de-nouvelles-opportunites-pour-les-territoires_112198

Cineurope, « The coronavirus crisis threatens European film », 2020, en ligne, https://cineuropa.org/en/newsdetail/386891/

Martine Lizotte and Alain A. GRENIER, « Ciné-tourisme : le nouvel eldorado des destinations touristiques », Téoros, 30 – 1 | 2011, 73-78.

Chronique pour Tom Travel https://www.tom.travel/2020/06/30/reouverture-cinemas-va-t-elle-relancer-tourisme/


Cyril Blanchet

Doctorant smart destination

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search