Le biomimétisme deviendra-t-il une inspiration pour le tourisme de demain ?

On nomme biomimétisme cette inspiration qui vient valoriser, reproduire et adapter les exploits naturels pour un développement durable des sociétés. Le tourisme étant un secteur directement impacté par les pollutions humaines, le biomimétisme pourrait-il se positionner comme une voie de développement viable pour recomposer les voyages ?

Le retour aux pratiques anciennes s’impose dans les tendances touristiques, autant dans la redécouverte des environnements de proximité que dans l’usage raisonné des ressources naturelles.  Dans ce sens, il est essentiel d’équilibrer sa consommation du voyage pour assurer une pérennité des espaces et préserver la biodiversité. Difficile alors de ne pas associer cette démarche à un retour en arrière pour se repentir des excès, comme s’il était essentiel d’opposer les industries sources de nuisances à la nature source de privilèges. Pourtant, certains identifient dans l’objet naturel des possibilités de développement pour d’abord construire mieux puis pour construire durable. Pour Janine Benyuis, qui a popularisé le terme à la fin des années 1990, c’est « prospérer gracieusement et à long terme » en y intégrant une dimension durable (Gauthier dixit, Benyus, 2011). Le voyage étant un besoin vital à l’homme, il semble opportun de questionner son rapport au biomimétisme.

Le biomimétisme et le tourisme

Le dossier Biomimétisme Marin (2020) présente différentes recherches en lien avec l’impact du tourisme sur les destinations : étudier les algues rouges pour diminuer la présence de résidus de crème solaire, comprendre les vers de sables pour traiter les eaux usées ou encore analyser les nageoires des baleines à bosses pour améliorer le rendement énergétique des éoliennes.  Étroitement lié aux technologies, le biomimétisme existe en tourisme depuis plusieurs années. Dans cette chronique, nous l’illustrerons à travers les transports, l’architecture la robotisation et l’intelligence artificielle.

Les transports

Le mécanisme de biomimétisme le plus connu reste celui de l’avion, cet engouement de l’homme pour échapper à l’apesanteur. Ainsi, nous n’avons cessé de confectionner et perfectionner des machines pour remplacer notre incapacité physique à décoller et à planer.

De manière générale, le biomimétisme a pleinement intégré le secteur des transports : Le Shikansen – TGV japonais – s’inspire du bec du martin-pêcheur pour limiter les vibrations lors des passages entre les nombreux tunnels du réseau ; Les winglets – revers au bout des ailes des avions – s’inspirent des plumes des rapaces pour assurer une plus grande stabilité ; et l‘étude de la peau de requin permet de réduire la trainée des bateaux. Le transport représentant une dimension polluante majeure du secteur, les recherches pour réduire la consommation de carburant deviennent une priorité quel que soit le mode privilégié : fluvial, terrestre ou aérien.

L’architecture

La nature est une ressource inépuisable pour les architectes qui participent à la popularité de nombreuses destinations touristiques : l’Opéra de Sydney s’inspire de formes naturelles décomposées par son architecte Utzon; les arbres technologiques du Jardin de Singapour reproduisent et abritent des écosystèmes entiers ; L’Arbre blanc de Montpellier est élu en 2020 plus bel immeuble au monde, et la Sagrada Familia de Barcelone permet d’entrer dans une forêt de pierre. Le biomimétisme devient donc une source d’inspiration incontestable pour éveiller les curiosités et signer l’identité d’une destination.

Une autre dimension de l’architecture repose dans la reconstruction de quartiers écoresponsables qui viennent directement s’inspirer de la nature pour recréer des écosystèmes indépendants, respectueux et vertueux. Nous retrouvons régulièrement ces illustrations à travers les quartiers des smart cities qui identifient dans la technologie une solution pertinente de développement durable. Plus conceptuels, certains architectes imaginent des îles artificielles autosuffisantes pour conquérir de nouveaux territoires à vocations résidentielles ou touristiques. Cependant, ces réalisations peinent à exister et restent pour la plupart au stade de fantasme et de concept (Cf. Waya, des hôtels flottants prévus pour 2022).

La robotisation et l’intelligence artificielle

La robotisation se positionne comme un élément majeur des développements en tourisme. D’abord parce qu’elle vient apporter des solutions viables à des limites humaines (Cf. le rôle des robots face à la crise sanitaire), elle trouve dans le biomimétisme une ligne de conduite à tenir : les robots ressemblent aux humains, aux chiens, aux reptiles ou aux araignées. Rappelons maintenant que l’homme est membre de l’espace naturel et dispose d’une capacité exceptionnelle à penser et à réfléchir. Cette même capacité devient un élément essentiel au biomimétisme qui identifie dans l’intelligence artificielle un besoin de reconstituer nos réflexions. En tourisme, l’intelligence artificielle devient toujours plus présente par l’accumulation de micro actions qui vont venir substituer le travail de l’homme.

Image issue du film Avatar de James Cameron

Du biomimétisme à la symbiose

Pour aller plus loin, l’homme souhaite développer des compétences naturelles dont il ne dispose pas directement. Que diriez-vous de pouvoir respirer sous l’eau lors de plongées illimitées ? De grimper sur des montagnes abruptes grâce à une parfaite adhésion de vos mains aux surfaces ? Ou encore de parcourir des distances colossales pour découvrir le monde tout en limitant son emprunte carbone ? Le corps humain est limité autant dans sa capacité que dans sa temporalité. Plusieurs mouvements de recherche tentent ainsi de pallier à ces limites en construisant des parties anatomiques technologiques. Autant de solutions qui pourront être exploitées pour recomposer les expériences touristiques.

De la symbiose à la dystopie

Enfin, parce que tous scénarios prospectifs autour de la technologie mènent à une dystopie (ces espaces futuristes où règnent le péché, la misère et la violence), il est essentiel de rappeler les limites de ces inspirations. Tout d’abord, bien que la biomimétisme est étroitement lié au développement durable, la reproduction d’un phénomène naturel ne veut pas dire que l’outil industriel sera forcément respectueux de l’environnement : bétonner un espace naturel avec des constructions respectueuses n’enlèvera rien à la destruction des écosystèmes existants, de la même manière que développer une aile d’avion plus ergonome ne réduira pas le développement des lignes à l’international. Le biomimétisme à la façon de Janine Benyus comprend en priorité une dimension environnementale et non uniquement une rentabilité économique.

Surtout, le voyage est propre à l’Homme. Hormis les migrations, difficile de prétendre que les animaux voyagent, tout au mieux, ils se baladent (animaux de compagnie). Une attitude de biomimétisme nous pousserait donc à remettre en cause nos propres motivations au voyage : est-ce un besoin réel ? Plus difficile maintenant de réduire nos actions en les comparant au monde animal. Comprendre l’intérêt du biomimétisme est évident pour l’industrie mais par miroir, le reflet sur nos comportements est plus difficile à concevoir.

Bibliographie

BENYUS, Jeanine M. Biomimétisme: Quand la nature inspire des innovations durables. Editions Rue de l’échiquier, 2011.

Biomimétisme marin, rapport de synthèse, édition 2020, ceebios.com/wp-content/uploads/2020/02/Synthese-BiomimMarin-20200213-web.pdf

Chronique pour Tom Travel https://www.tom.travel/2020/09/17/biomimetisme-deviendra-il-inspiration-pour-tourisme-demain/


Cyril Blanchet

Doctorant smart destination

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search