Stratégie ou projet : vers une réappropriation des territoires intelligentes par ses usagers ?

Blanchet Cyril et Fabry Nathalie, (2019), « Stratégie ou projet : vers une réappropriation des territoires intelligentes par ses usagers ? », Usages de l’histoire et devenirs urbains, Labex Futurs urbains, Champs-sur-Marne, 04 avril 2019.

En 2018, nous notons un basculement du discours politique de la smart city nourri par la technologie vers un regard où l’implication du citoyen est essentielle (Fonda, 2018). L’objet de cette contribution est de comprendre et d’illustrer ce phénomène de réappropriation à travers la diffusion d’information médiatique, puis de le mettre en parallèle avec la recherche académique de 2010 à 2018.

 

Cette recherche propose de « rendre intelligible la fabrique des discours publics, médiatiques et politiques. » (CPDirSIC, 2018) autour de la notion de ville intelligente en France. Nous nous positionnons dans une prospective des dynamiques urbaines (Picon, 2013), construites par l’innovation technologique (Attour & Rallet, 2014) et pour l’inclusion des usagers (Meijer & Bolivar, 2016). Bien qu’il n’existe pas de smart city sans smart habitants (Zélem & Gournet, 2013), de nombreuses publications présentent la smart city comme une initiative d’abord politique mais suggèrent une forte appropriation des technologies par les usagers (Belot, 2017). Pour identifier le regard des habitants sur cette politique, nous souhaitons comprendre l’image partagée par les territoires à travers l’information médiatique. Cette omniprésence de l’information représente l’un des socles essentiels de la ville intelligente (Attour & Rallet, 2014) que les acteurs en aient conscience ou non (Zeghni, Fabry, Blanchet, 2018). Elle permet aux citoyens de se positionner dans une nouvelle politique publique pour une meilleure utilisation des espaces communs.

 

Notre méthodologie repose sur une analyse de corpus. Nous avons analysé un premier corpus de 500 articles sur 6 mois (02/18 – 07/18) et proposerons une analyse sur 12 mois dès 2019. Les articles sont recueillis depuis une veille Google Alert, qui permet l’accès – de manière non exhaustive – à un large ensemble de presse en ligne non universitaire. Bien que pour Cardon (2015) « la visibilité soit se mérite, soit s’achète », le biais des algorithmes et le manque de transparence dans la sélection des articles ne sera pas abordé dans cette présentation. Nous compléterons l’analyse avec des ressources complémentaires identifiées sur Factiva.

D’abord, nous partagerons les résultats d’une analyse quantitative (occurrences, évolution, regroupements). Puis nous présenterons une analyse qualitative construite à partir de notre cadre théorique pour identifier la représentation partagée de la smart city par les médias. Enfin nous mettrons en parallèle cette recherche avec une analyse quantitative des ressources universitaires traitant de la smart city entre 2010 et 2018.

L’analyse du premier corpus de document nous a déjà permis d’identifier de nombreux aspects de la smart city et de son usage pour les citoyens. L’opposition entre « stratégie territoriale » et « projet » de territoire nous questionne sur l’utilisation de ces terminologies et de son impact sur le lien ville-citoyen. « Une définition courante de stratégie est conduite et réalisation par les meilleurs moyens d’une politique. » (Ladyss, 1990). Dans une autre perspective, « l’expression du projet de territoire, comme volonté de projection dans le futur et moteur des transformations du territoire » (Lardon & Piveteau, 2005). Certaines recherches universitaires questionnent l’impact de ces méthodes sur des territoires. « L’avenir appartiendrait-il aux porteurs de projets ? » (Panico & Poulle, 2005). D’autres termes ont permis de préciser ce « projet » : comme « innover » (861 occurrences), « il devient évident que l’intelligence est stimulée par l’innovation et que l’innovation conduit à l’intelligence. » (Boes, Buhalis, & Inversini, 2016). Cette innovation s’associe aux technologies (748 occurrences), au numérique (583 occurrences) et reste connectée (535 occurrences). La donnée « qui alimente un discours moderniste en tant que solution pour tous les défis urbains » (Zeghni, Fabry, Blanchet, 2018) n’est paradoxalement pas représentée comme un élément majeur dans le corpus étudié.

 

Bibliographie

ATTOUR, A., & RALLET, A. (2014). Le rôle des territoires dans le développement des systèmes trans-sectoriels d’innovation locaux : le cas des smart cities. Innovations, 2014/1 (n° 43) , Pge 312, éd De Boeck Supérieur,

BELOT, L. (2017). De la smart city au territoire d’intelligence(s): L’avenir de la smart city. Rapport Au Premier Ministre Sur l’avenir Des Smart Cities. Rapport au gouvernement [En ligne] https://www.gouvernement.fr/partage/9140-rapport-de-m-luc-belot-sur-les-smart-cities, (consulté le 05/12/18)

CARDON, D. (2015) A quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data, La République des idées, Seuil

CPDirSIC, (2018) Dynamiques des recherches en sciences de l’information et de la communication, septembre 2018, Conférence permanente des directeurs·trices des unités de recherche en sciences de l’information et de la communication

FONDA, (2018) smart cities et initiatives citoyennes, les fond’après, rencontres-débats de la fonda, Paris, organisé par la Fonda, Numa, Domplus Groupe.

LADYSS, L. (1990). Stratégies territoriales : valeurs et usages dans les recherches rurales et agroalimentaires de STRATES.

LARDON, S., & PIVETEAU, V. (2005). Méthodologie de diagnostic pour le projet de territoire : une approche par les modèles spatiaux. Géocarrefour, 80/2, 75–90.

MEIJER, A., & BOLÍVAR, M. P. R. (2016). Governing the smart city: a review of the literature on smart urban governance. International Review of Administrative Sciences, 82(2), 392–408. 

PANICO, R., & POULLE, F. (2005). Le projet comme outil de gouvernement. Études De Communication, (28), 141–155.

PICON, A. (2013) Smart cities. Théorie et critique d’un idéal auto-réalisateur, collection Actualités, Paris, éditions B2, 120 pages

ZÉLEM, M., GOURNET, R., & BESLAY CHRISTOPHE. (2013). — PAS DE “Smart citieS” SANS “Smart HABITANTS ». Les Cahiers Du Développement Urbain Durable, 45–60.

ZEGHNI, FABRY, BLANCHET, (2018), la gouvernance des villes intelligentes : entre complexité et réseau d’acteurs, colloque universitaire Projectics, Bidart

 

 


Cyril Blanchet

Doctorant smart destination

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search