Vers un renouvellement et une ubérisation du tourisme agricole

« En 1954, Casterman publie le célèbre Martine à la ferme. Le coq sur un tas de fumier, les géraniums en balcon, la basse-cour accueillante. C’est l’image traditionnelle de la ferme. » (1).

Ainsi, plus que tout autre, le tourisme agricole a sans doute un fardeau supplémentaire à porter : une image champêtre démodée ou idéalisée. Plusieurs conséquences peuvent apparaître sur son développement : soit une baisse concrète de la fréquentation pour les établissements, soit une expérience client basée sur la désillusion d’un paysage fermier non conforme. In fine c’est tout une catégorie de prestataires qui ne bénéficieront pas de retombées économiques parfois indispensables pour leur destination.

 

 

La difficulté réside alors dans l’ambition de pouvoir répondre au besoin d’authenticité des touristes tout en proposant l’expérience d’un séjour récréatif, ludique mais innovant.

Nouvelle image, nouveau départ

Pour aborder le sujet de l’agritourisme nous pouvons mettre en avant l’initiative Terres de Bretagne, récemment nommée aux Trophées de l’innovation, coup de cœur du jury dans la catégorie Offre France. Elle est le résultat d’une collaboration entre Tourisme Bretagne et le réseau Bienvenue à la ferme. Bien plus qu’un énième annuaire de prestations, le site Terres de Bretagne présente des packages modulables, le temps d’un weekend pour découvrir le domaine agricole.

Une plus large segmentation pour une diversification des cibles

Son offre n’est plus uniquement proposée aux familles : les enfants qui s’émerveillent devant les bébés animaux devront maintenant faire place aux couples, aux sportifs et aux urbains en recherche d’authenticité.

En effet, le site propose plusieurs thématiques touristiques, parmi elles : s’aventurer, s’évader, ou se retrouver. De cette façon les romantiques pourront profiter d’un weekend amoureux avec spa et massage ; les sportifs profiteront du développement de la randonnée, du vélo ou des sports équestres ; puis les familles garderont l’authenticité d’un séjour à la ferme dynamisé par des activités « plage, coquillage et bricolage ».

Pour les prestataires, la finalité reste la même mais pour les touristes l’approche est bien différente. Ils n’auront plus l’impression de consommer du tourisme agricole mais de profiter d’un séjour thématique avec un supplément « rural et fermier ».

Une offre globale pour un renouvellement de l’image

Ce qu’il faut noter dans la démarche c’est donc la volonté de valoriser ces prestations autour d’un produit fini. A l’aventure parmi les cerfs, Connexion amoureuse, Et si on allait voir les vaches après la plage ? Autant de titres évocateurs qui construisent une offre et une expérience touristique globale. Se détendre dans un spa n’empêche pas de découvrir par la suite des techniques agricoles au cœur de la tradition ou de l’innovation. La plateforme de réservation propose ainsi un weekend complet, construit autour d’univers et d’activités qui montrent la diversification des produits touristiques ruraux.

Notons également le format : un weekend de deux ou trois jours, qui permet d‘appréhender facilement le milieu agricole. Il ne décourage par les voyageurs qui n’auraient pas forcément signé pour une semaine complète. Enfin les facilités de réservation et l’offre dynamique par options participent à l’image d’un secteur d’activité à la pointe, qui a su adopter la transition numérique. 

 

Une structuration des prestations pour un meilleur maillage économique

Perspective : La construction des offres participe aux tendances d’une destination et est représentative d’une ruralité en mouvement. Le site Terres de Bretagne répertorie des initiatives qui à termes pourraient résulter de partenariats entre des agriculteurs et d’autres prestataires locaux (hébergement, activités de loisirs, etc.).

On assisterait donc à une structuration des acteurs et à une mise en réseau des compétences pour proposer une offre cohérente et personnalisée. Ces interactions permettent aussi de faire prendre conscience de l’importance du tourisme pour une destination rurale. Il arrive en effet que le tourisme ne semble pas être une priorité pour certains élus et ne pas être une réalité pour certains résidents.

Pourtant « Les espaces ruraux français disposent d’un potentiel touristique très riche. Le constat généralement établi montre que 80 % de la population fréquente de façon touristique 20 % seulement du territoire (littoral, montagne, stations touristiques classées…), alors que 70 % du territoire national est rural. Il s’en suit une saturation des zones touristiques (…) Il s’agit donc de mieux organiser et renforcer les capillarités entre les zones touristiques et leur arrière-pays rural. » (3)

Une uberisation de l’agritourisme pour un développement des circuits courts

Il y a donc trois participants : la plateforme, l’entrepreneur (agriculteurs et prestataires) et le consommateur (le touriste). L’utilisation de la plateforme en ligne a pour objectif de mettre en contact des prestataires et des touristes. Ces plateformes n’interviennent nullement dans l’objet de la transaction. En effet, la plateforme Terres de Bretagne ne possède aucune activité agricole. On peut parler d’une certaine uberisation des ventes, les prestataires accompagnés par Bienvenue à la ferme constituent eux même leur offre et la proposent à travers leur plateforme en ligne. Chacun avec ses possibilités et à sa manière peut y être associé : d’un simple panier repas à l’hébergement.

Plus globalement,” On va vers un modèle économique basé sur la désintermédiation (mise en relation directe des consommateurs et des producteurs/prestataires). Ce qui permet aux consommateurs d’avoir accès à une offre plus étendue pour des prix plus bas avec une très bonne qualité de service.” [Corrot, 2015]

Terres de Bretagne reste donc une proposition innovante et de qualité qui cache une véritable valeur ajoutée et une dynamique forte pour le territoire et plus globalement pour le tourisme agricole.

Twitter @Cyril_Blanchet

(1)Université de liège, Charline Dubois, Agritourisme : la nouvelle vache à l’air des agriculteurs ?, 2014

(2) Territoires d’avenir » Synthèse et recommandations du rapport d’information n° 4301 présenté le 2 février 2012 au Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) Rapporteurs : MM. Jérôme Bignon et Germinal Peiro

(3) Philippe Corrot, « suspension d’UberPop : qui sortira vainqueur du combats Taxis Vs. VTC ? », Ubérisation Observatoire.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.