Innovation : Médiation culturelle pour une plus forte compréhension de l’art : le numérique est-il la seule solution ?

« Ces dernières années, l’évolution des technologies du virtuel a permis d’importantes innovations dans la médiation numérique qui, tout en poursuivant l’idée de continuum dans les pratiques muséales du public, soutiennent la préparation, l’encadrement et la prolongation de la visite »(1)

Quelles solutions alternatives ou complémentaires au numérique peuvent orienter cette nouvelle médiation culturelle?

Présentons d’abord l’initiative Corps en mouvement : exposition éphémère du Louvre pour accompagner l’opération Paris Plages. Les étudiants de l’école du Louvre vous initient lors d’un parcours « sportif » à la découverte du cadre historique, des mouvements artistiques et des œuvres extérieures du domaine.

Une opération gagnant-gagnant:

Pour les visiteurs, une expérience sociale avec le groupe et les guides, composé d’un public dont la proposition aura su éveiller la curiosité. On y ajoute une expérience culturelle et ludique: avec sa participation gratuite et son entrée offerte au Louvre, le musée donne la possibilité de découvrir davantage et permet de répondre à la problématique des derniers mètres (@Melusineblondel). En effet, les visiteurs sont présents sur les lieux (jardins, parcs, centre villes) mais ne franchissent pas pour autant les portes des musées. La culture semble donc accessible mais n’est pas abordée.

Pour les étudiants, c’est une expérience professionnelle valorisante et enrichissante. Ils sont au cœur des nouvelles problématiques culturelles et se proposent d’apporter une réponse satisfaisante dans un des lieux touristique les plus fréquenté de France. (Du 8 juillet au 3 septembre 2017, Entre le pont Neuf et le tunnel des Tuileries, Gratuit, tous les jours)

D’après Nathalie Bondil, directrice du musée des Beaux-Arts de Montréal : Nous devons concevoir « Le musée comme lieu de contemplation, mais aussi de vie, d’apprentissage et de découverte… » (2)

« C’est une question de sémantique et d’époque : on ne définit plus de la même manière son rapport à l’art, on est désormais plus dans l’interaction entre l’œuvre et le visiteur. Alors qu’on passe beaucoup de temps devant des écrans, dans un monde plat, on perd beaucoup d’empathie. L’« expérience immersive », comme l’exposition « Révolution » [présentée au musée des Beaux-Arts de Montréal jusqu’au 9 octobre 2017] en est l’exemple parfait, mais elle ne doit pas être absolue : il ne faut pas être dans la fabrication de stimuli. »

« Au musée des Beaux-Arts de Montréal, on fait même de l’exercice physique, de la marche sportive pour les convalescents et les personnes âgées. […]Les gens se sociabilisent, ils voient de belles choses. Un musée est aussi un espace physique et social, un lieu de vie. »

Cyril BLANCHET

Twitter @cyril_blanchet

(1)Chapelain, Brigitte. « De nouvelles médiations numériques au service de la culture augmentée », Hermès, La Revue, vol. 61, no. 3, 2011, pp. 106-108.

(2)Nathalie Bondil : « Le musée doit produire du mieux-être ensemble », Par Magali Lesauvage • le 6 juillet 2017 https://www.beauxarts.com/grand-format/nathalie-bondil-le-musee-doit-produire-du-mieux-etre-ensemble/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.