La donnée entre Fantasme et réalité

« Les progrès de la smart city, ouvrent la perspective de ­services urbains optimisés par la collecte de données toujours plus riches, mais aussi la possibilité d’un contrôle accru des habitants et d’un recul de leur pouvoir de décision comme citoyens. » (Le monde, 2019)

« L’engouement actuel pour une science orientée « données » semble opportunément balayer trois évidences (i) Aucune collection de données (…) ne peut être exhaustive. (ii) Le mode algorithmique de découverte imposé par l’investigation à l’échelle du big data ne conduit pas à des vérités irréfutables. (iii) Les connaissances ne sont pas immanentes aux données ». (Broudoux & Chartron, 2015).

À travers son collectif d’articles consacrés aux lauréats des prix de l’innovation, Le Monde présente plusieurs initiatives qui traduisent la pluralité des visions construites par les villes, entre nécessité, priorité et engagement des parties prenantes. Sans réduire l’importace de la donnée, elle n’est pas toujours l’élément de bascule qui traduit l’intelligence de la ville.

Chartron Ghislaine & Broudoux Évelyne, (2015), « big data – open data, Quelles valeurs ? Quels enjeux ? Actes du colloque « Document numérique et société », Revue française des sciences de l’information et de la communication ,De Boeck Supérieur, 2015, 282 pages.
Le Monde, (2019) « De Medellin à Paris, comment humaniser la « planète ville », Le monde, Collectif, [en ligne] https://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2019/06/27/humaniser-la-planete-ville_5482021_4811534.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.