500 mots pour débriefer : Atelier #selfdata, le tourisme on en parle ?

Self data territorial #2 (Paris, 02/07/19)

Ce matin, l’atelier #selfdata territorial proposait de faire le point sur une aventure d’un an permettant à différents territoires de questionner la place de la donnée dans leurs actions publiques. Composés depuis 2018 autour des cycles de projets “Mes infos“, ces ateliers proposaient aux partenaires de questionner le rôle qu’ils pouvaient tenir dans cette nouvelle ère de la donnée.

Ainsi, trois territoires ont joué le jeu en identifiant certaines priorités : Nantes métropoles (transition énergétique), Grand Lyon (action sociale), La rochelle agglomération (mobilité durable). L’objet de cet atelier ? L’étape « d’atterrissage » pour transformer l’accompagnement de la Fing en projets et initiatives locales.

Le Self data c’est quoi ? Selon la Fing, ce n’est plus le simple contrôle des données mais la maitrise et le pouvoir de les utiliser. Le self data territorial, c’est donc valoriser l’accompagnement des acteurs locaux qui souhaitent implémenter le self data sur les territoires.

Et le tourisme ce matin ? On en disait quoi ? Avec 5 millions de nuitées touristiques à Lyon en 2016, (OnlyLyon tourisme, 2017), 3,3 millions de nuitées touristiques à Nantes en 2017 (Veille-info tourisme, 2018) et près de 940 000 nuitées pour la communauté d’agglo de La rochelle (La rochelle tourisme, 2017), la question du tourisme reste légitime pour ces territoires. Bien qu’ils soient usagers temporaires les visiteurs produisent de la donnée (ou « traces numériques ») qui reste un enjeu majeur pour la valorisation touristique, le contrôle de l’expérience visiteur et la sauvegarde des destinations.

Pour être bref, le tourisme semble ne pas avoir été un axe de priorité identifié pour la continuité de ces ateliers #selfdataterritorial même si certains projets ont eu des liens plus ou moins directs avec celui-ci. Je pense ainsi à la Rochelle avec des projets autour d’une approche mobilité zéro Carbonne, à Nantes avec la conservation d’un patrimoine naturel et de la biodiversité qui contribue à la valeur touristique d’un territoire ou encore à Lyon avec sa réflexion autour du projet « sortir à Lyon ».

Pourtant, il faut rappeler qu’il existe des réelles innovations et initiatives de ces villes autour du tourisme -non citées ce matin- elles sont sans doute une source de données qui permettront de composer les destinations attractives de demain :

– Pour Lyon c’est devenir en 2019 la capitale européenne du smart tourism (qui dit smart dit numérique, qui dit numérique dit données, CQFD)

– Pour Nantes c’est proposer un Pass touristique sans coutures pour l’experience touristique avec une navigation simple entre les prestations touristiques : transport, musées, visites, etc. (qui dit pass numérique dit données).

Pour La rochelle, c’est intégrer « Mon itinéraire à vélo » directement sur leur site pour valoriser l’itinérance et le slow tourisme en accord avec la vision écologique et durable de l’agglomération et des initiatives « smart ».

Pour terminer, félicitation à La_fing et ces partenaires pour ces projets et ces initiatives inspirantes.

http://mesinfos.fing.org/self-data-territorial/
http://fing.org/?page=evenement&id=828


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.